Journée d’action du 14 novembre 2012
La mobilisation s’amplifie partout en Europe et en France

jeudi 15 novembre 2012
par  cgteducaix

A l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats contre les politiques d’austérité en Europe et pour une Europe sociale, des mobilisations fortes ont été recensées dans 28 pays européens avec des appels à la grève générale comme en Espagne ou au Portugal.

En France, après la journée d’action sur l’emploi industriel du 9 octobre, une nouvelle étape de mobilisation a été franchie ce 14 novembre. 134 manifestations et rassemblements ont été recensés à l’appel de la CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires. Ce sont plus de 100 000 manifestant-e-s du public et du privé qui sont sorti-e-s de leurs services et entreprises, et ont participé aux différentes initiatives.
Les salarié-e-s, retraité-e-s et privé-e-s d’emploi ont tenu à exprimer leur rejet de cette politique d’austérité qui n’amène que fermetures d’usines, restructurations, dégradation du pouvoir d’achat, de l’emploi, accroissement du chômage et de la précarité.
Elles et ils veulent une autre politique qui soit source de croissance et de progrès social. Une politique rigoureusement tournée vers une autre répartition des richesses, le plein emploi, la revalorisation salariale, le développement industriel, et la lutte contre la précarité.

Cette journée de mobilisation européenne est un message fort adressé au patronat et aux gouvernements européens, dont le Président de la République Française.
« Le pacte de compétitivité », décidé sous la pression du patronat, avec les mesures d’allègement massif du coût du travail et les baisses des dépenses publiques, ne constituent en rien une réponse aux besoins du pays pour sortir de la crise.
L’avenir de l’Emploi et de l’Industrie nécessite un développement économique et social fondé sur une véritable valorisation du travail, une véritable sécurisation de l’emploi et non plus de flexibilité comme l’exige le Patronat dans les négociations en cours. Cela impose de lutter contre la spéculation en mettant, notamment, à contribution les revenus financiers des entreprises et des particuliers.
La CGT appelle les salariés à poursuivre la mobilisation afin de maintenir cette légitime pression en direction du gouvernement et du patronat.

 

Dans le même temps, les évènements survenus le 23 octobre au lycée Diderot ont mis en lumière l’extrême tension qui règne depuis la rentrée dans nombre d’établissements secondaires du département et de l’académie et sur laquelle nous avions alerté par communiqué dès le 2 octobre dernierLes informations que nous avons communiqué à l’occasion du conflit opposant les personnels de Diderot et le recteur à propos de l’application du droit de retrait ont amené certain-e-s d’entre vous à signaler d’autres incidents graves, notamment au LP Latécoère d’Istres dont les personnels seront en grève le 13-11 et au LP Blériot de Marignane, ou encore au lycée Victor Hugo, à Marseille.
Pour nous, et dans la continuité de ce que nous avions écrit le 2-10, cette situation révèle l’ampleur des atteintes qui ont été portées depuis plus de dix ans au service public de l’Education nationale, et notamment l’état de sinistre qui affecte le champ de l’éducation prioritaire.
Vous trouverez ici la déclaration qui a été lue et déposée par les représentants de la CGT Educ’Action lors de la réunion du Comité Technique Académique le vendredi 26 octobre 2012. N’hésitez pas à l’afficher et à la diffuser largement.
Mais au-delà, cette situation pose à nouveau, alors que se discute une loi d’orientation scolaire très en deçà des urgences réelles dans l’Education, la question d’un vrai plan de rattrapage pour l’Education nationale, l’exigence d’un plan d’urgence budgétaire et humain.
C’est dans ce sens que nous entendons agir dès la rentrée des congés de Toussaint, et notamment dans les contacts intersyndicaux qui sont d’ores et déjà annoncés. 

Par ailleurs, dès maintenant dans le cadre de ce qui s’annonce sur la pseudo-réorientation de l’école, nous vous appelons à signer la pétition nationale sur les rythmes scolaires et les conditions de travail des personnels. Dans un communiqué, la CGT-Educ’action annonce son refus de la réforme dans l’état.

Le 21 novembre avec un collectif d’associations et d’organisations syndicales, nous appelons à un pique-nique revendicatif devant la mairie de Marseille pour la création des postes d’ATSEM nécessaires.

Enfin, après l’audience non-titulaires du 22 octobre, nous entendons continuer à informer les collègues et organiser la mobilisation autour de ces questions. Plus d’infos très prochainement.

Et toujours à signer, la pétition nationale pour l’abrogation du jour de carence.

Pour le bureau départemental, 
Emmanuel Arvois, secrétaire général

 


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 19 septembre 2017

Publication

1388 Articles
Aucun album photo
58 Brèves
11 Sites Web
34 Auteurs

Visites

49 aujourd'hui
143 hier
685089 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés